1662323781_japan-greeting-bow-NOTOUCHHI0520-8471cf5eb37944eca0c7a9ae7c80ed48.jpg

6 salutations à distance et sans contact utilisées dans le monde entier (vidéo)

Sommaire

La semaine dernière, j’ai rencontré un ami que je n’avais pas vu depuis quelques semaines devant notre magasin de vin local. Sans réfléchir, je bougeai pour la serrer dans mes bras mais m’arrêtai avant. Nous nous sommes regardés, secouant la tête avec des sourires tristes avant de tendre nos bras dans une grande étreinte mutuelle.

Au cours des derniers mois, un effort mondial pour éradiquer le nouveau coronavirus a mis la culture de notre pays des poignées de main et des high-fives en pause indéfinie. La bosse du coude a servi de remplaçant temporaire, mais comme il est devenu clair que nous devions garder un minimum de six pieds entre nous et les autres, nous avons dû devenir plus créatifs.

Des représentations d’êtres humains se tenant la main sont apparues depuis l’Antiquité avec des reliefs en pierre, des pierres tombales grecques et des pièces de monnaie romaines représentant toutes des images de personnes partageant une poignée de main. Les historiens pensent que le geste a pour origine une démonstration de paix – offrir la main à un étranger prouve que vous ne portez pas d’armes et ne signifie donc aucun mal. Dans les années 1600, les Quakers ont introduit la poignée de main comme expression de l’égalité lors de leurs réunions. De nos jours, la pratique est devenue tellement ancrée dans la culture occidentale que nous nous serrons la main – ou nous nous serrons dans nos bras ou nous embrassons – presque par réflexe. Ne pas le faire semble incroyablement étrange.

Lire l\'article  Tout ce que vous devez savoir sur les exigences en matière de photos de passeport américaines

Cela n’a pas été une adaptation facile pour la plupart des Américains (en particulier les câlins comme moi !), mais renoncer à ces interactions physiques est crucial pour ralentir la propagation du virus. Pour une grande partie de l’humanité, cependant, les salutations sans contact sont la norme.

Au fur et à mesure que nous proposons de nouvelles façons de dire bonjour qui respectent les directives de distanciation sociale, nous pouvons nous inspirer d’autres cultures. Ces salutations sincères du monde entier offrent un accueil chaleureux et sans risque – et pourraient bien être la voie de l’avenir.

Deux personnes masquées s'inclinant l'une vers l'autre au Japon

Deux personnes masquées s'inclinant l'une vers l'autre au Japon

Getty Images


Arc

On pense que l’archet au Japon est né avec l’introduction du bouddhisme en provenance de Chine entre le VIe et le VIIIe siècle. À cette époque, s’incliner était le reflet du statut social – si vous rencontriez quelqu’un d’un statut supérieur, vous deviez vous incliner, vous raccourcissant en signe de déférence. Dans le Japon moderne, la révérence remplit diverses fonctions et aujourd’hui, les gens s’inclinent pour dire merci ou s’excuser, pour marquer le début ou la fin d’une cérémonie ou d’une réunion et, bien sûr, pour saluer. Un arc peut véhiculer différentes significations selon la posture : plus l’arc est profond, plus le respect est démontré.


Tire la langue

Dans la culture occidentale, tirer la langue à quelqu’un est considéré comme impoli et insultant. Imaginez un enfant odieux taquiner un autre sur le terrain de jeu en criant « nyah nyah! » Mais au Tibet, le geste remonte au IXe siècle et à un roi méchant et à la langue noire nommé Lang Darma. En tant que bouddhistes, les Tibétains croient en la réincarnation et après la mort de Darma par assassinat, on craignait que le roi cruel ne revienne. Pendant des siècles, les Tibétains ont tiré leur propre langue pour se saluer afin de prouver qu’ils n’étaient pas le Darma incarné. L’expression est aussi une façon de montrer l’accord et le respect.

Un cycliste offre le panneau Shaka, également connu sous le nom de "Hang Loose" en passant devant un panache de fumée volcanique au loin au-dessus de la zone de Leilani Estates près de la ville de Pahoa

Un cycliste offre le panneau Shaka, également connu sous le nom de "Hang Loose" en passant devant un panache de fumée volcanique au loin au-dessus de la zone de Leilani Estates près de la ville de Pahoa

FREDERIC J. BROWN/AFP via Getty Images


Shaka

Des surfeurs aux chauffeurs de taxi, présentateurs de nouvelles, grands-parents et enfant (enfants), les shaka est une salutation universelle dans les îles hawaïennes. Faire un shakafréquemment reconnu comme le symbole qui signifie « se lâcher », étendez votre pouce et votre petit doigt tout en repliant vos trois majeurs vers votre paume. Le geste, souvent exprimé par une exclamation enthousiaste de « shakabrah! » remonterait au début des années 1900 lorsqu’un ouvrier d’une sucrerie s’est pris la main dans les rouleaux, lui écrasant le majeur, l’index et l’annulaire. Après l’accident, il est devenu le gardien de sécurité de la plantation et a agité sa main mutilée pour chasser les enfants du quartier lorsqu’ils ont essayé de sauter les trains à la gare de Kahuka. Les enfants ont reproduit le geste pour signaler que le garde n’était pas là et que la voie était dégagée. Ces jours-ci, le shaka est un moyen simple de saluer quelqu’un avec un peu d’esprit aloha.


Namasté

Dans toute l’Asie du Sud-Est, de l’Inde au Bangladesh en passant par le Népal, les gens pressent leurs paumes ensemble au centre de leur cœur et inclinent légèrement la tête en guise de salutation. Ce geste, appelé mudra anjaliest habituellement accompagné du mot namasteun terme sanskrit qui se traduit par « je m’incline devant vous ». Bien que dans la culture occidentale, de nombreuses personnes connaissent le geste comme moyen de sceller une pratique de yoga, il est important de se rappeler que namaste est un acte spirituel, celui qui signifie le respect et la gratitude en disant, « le Divin en moi s’incline devant le Divin en vous. »

Client de l'hôtel et réceptionniste portant un masque pour se protéger du conronavirus covid-19 ayant une nouvelle pratique de salutation avec Thai Wai

Client de l'hôtel et réceptionniste portant un masque pour se protéger du conronavirus covid-19 ayant une nouvelle pratique de salutation avec Thai Wai

Getty Images


Le Waï

De même, en Thaïlande, les gens se saluent par un geste connu sous le nom de l’eau. Comme namastela l’eau implique de joindre les mains dans la prière au centre de la poitrine et d’incliner la tête. Au-delà de son utilisation à la fois pour saluer et se séparer, le l’eau agit également comme une excuse, un moyen d’exprimer ses remerciements ou une démonstration de respect pour un aîné – plus vos pouces se touchent haut, qu’ils soient placés sur votre poitrine, votre menton, votre nez ou votre front – plus vous montrez de respect.


Pose ta main sur ton coeur

Dans toute la Nation de l’Islam, les musulmans utilisent l’expression arabe as-salaam alaikumqui se traduit par « la paix soit sur vous », en guise de salutation. Alors que les gestes d’accompagnement varient d’un endroit à l’autre, mettre la main droite sur le cœur démontre un véritable bonheur de rencontrer quelqu’un.

Marianne
Marianne

Le monde offre tellement de possibilité que je partage toute mes expérience et info sur le tourisme sur ce blog !