1662113087_varosha-cyprus-turkey-maras-GHOSTTOWN0820-9363cf88ded643b3953757e50e912624.jpg

Cette ville fantôme « interdite » de Chypre a été gelée dans les années 1970 – et maintenant elle espère attirer à nouveau les touristes

Sommaire

Sur la côte est de la nation insulaire méditerranéenne de Chypre se trouve une ville fantôme piégée dans le temps. Il y a un concessionnaire automobile rempli de voitures de 1974 et des magasins avec la mode des années 70 dans les vitrines – du moins c’est ce qu’ont dit les rares personnes qui se sont aventurées dans la zone restreinte de Varosha.

Après la division de Chypre en 1974 entre le nord chypriote turc et le sud chypriote grec, les habitants de l’ancien quartier de villégiature de Varosha dans la ville de Famagouste ont été contraints de fuir et la région est devenue une partie de la zone tampon des Nations Unies connue sous le nom de Ligne verte. Une résolution de sécurité de 1984 de l’ONU interdisait la réinstallation, de sorte que les seules personnes qui se trouvaient légalement à l’intérieur de la zone désormais clôturée sont les militaires turcs.

D

D

D’anciens bâtiments hôteliers en décomposition se dressent au-delà d’une barrière de fortune et d’un panneau militaire turc à l’intérieur de la « zone interdite » du district de Varosha le 6 mars 2017 à Famagouste, à Chypre. Des centaines de bâtiments à l’intérieur du quartier de Varosha, qui était autrefois une station balnéaire chypriote de premier ordre, sont abandonnés et en décomposition dans une zone que l’armée turque a bouclée depuis que les habitants de Varosha ont fui pendant la guerre de 1974. Chypre est divisée en un sud grec et un nord turc depuis la guerre brève mais dévastatrice de 1974. Depuis lors, les soldats de la paix des Nations Unies ont maintenu une zone tampon qui traverse la capitale Nicosie et toute l’île pour séparer les factions. Au sud, la République de Chypre, dominée par la Grèce, est internationalement reconnue et membre de l’Union européenne, tandis qu’au nord, la République turque autoproclamée de Chypre du Nord (RTCN) n’est reconnue que par la Turquie, qui compte également des dizaines de milliers des troupes qui y sont stationnées. Les négociations sur une éventuelle réunification ont fait des progrès considérables au cours des dernières années, bien qu’elles aient stagné ces derniers mois.
Sean Gallup/Getty Images

Aujourd’hui, 46 ans plus tard, le Premier ministre de la République turque de Chypre du Nord, ou TRNC, Ersin Tatar espère rouvrir la zone au public.

À son apogée, Varosha abritait 25 000 habitants et attirait des visiteurs du monde entier au début des années 1970, attirant de grands noms comme Elizabeth Taylor, Richard Burton et Brigitte Bardot dans ses 12 000 chambres d’hôtel.

« À ce stade, nous sommes sur le point de lancer le processus de réouverture », a déclaré Tatar à la chaîne de télévision publique turque TRT, selon CNN. « Tout est prêt à mon avis… Le vent a tourné et une nouvelle page s’est tournée. »

Une vue de bâtiments abandonnés à Closed Maras (ou Varosha en grec) le 15 février 2020.

Une vue de bâtiments abandonnés à Closed Maras (ou Varosha en grec) le 15 février 2020.

Une vue des bâtiments abandonnés à Closed Maras (ou Varosha en grec) le 15 février 2020. Closed Maras est une ville fantôme où l’entrée est interdite, à l’exception du personnel de l’armée turque. Maras fermée a été abandonnée après que le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 550 le 11 mai 1984, qui interdisait la réinstallation de la ville.
Muhammet Fatih Ogras/Agence Anadolu via Getty Images

Bien qu’aucun calendrier n’ait été publié, Tatar dit que les prochaines élections pourraient retarder les plans, mais il s’est engagé à ramener l’attraction touristique autrefois populaire, connue sous le nom de Maraş en turc, à son ancienne réputation d’escapade de luxe. « Maraş se trouve sur le territoire de la RTCN », a-t-il ajouté. « Personne ne peut nous l’enlever. Nous poursuivons sur notre lancée couronnée de succès. »

Le sort de la station balnéaire a été fixé après que les forces militaires turques ont riposté après un coup d’État du gouvernement grec le 15 juillet 1974. La zone est maintenant reconnue par la Turquie comme appartenant à la RTCN, selon le Courrier quotidien.

Varosha n’est pas la seule ville abandonnée après les tensions turques et grecques. En Turquie, la communauté de Kayakoy est également en ruines après un échange de population en 1923 entre les musulmans grecs et les chrétiens turcs.

Lire l\'article  7 trucs d'emballage pour alléger votre valise, selon un expert (vidéo)
Marianne
Marianne

Le monde offre tellement de possibilité que je partage toute mes expérience et info sur le tourisme sur ce blog !