tania-larsson-CANADADESIGN0222-c6d5a18d39924e1fb25f43d0807cdf70.jpg

Des designers autochtones partagent leurs endroits préférés pour voyager au Canada — et comment vous pouvez soutenir les communautés autochtones

Sommaire

Le Canada est une destination vers laquelle les Américains ont hâte de revenir maintenant que la frontière a rouvert. Si vous réservez un voyage au Canada, envisagez d’inclure le tourisme autochtone dans vos projets, que ce soit en séjournant dans un pavillon appartenant à des Autochtones, comme le Klahoose Wilderness Lodge en Colombie-Britannique, en visitant une galerie d’art autochtone au Québec ou en faisant une visite de plusieurs jours de l’île de Baffin avec Arctic Adventures.

Pour vous donner de l’inspiration pour votre prochaine aventure, Voyage + Loisirs s’est entretenu avec les créatrices de bijoux Catherine Blackburn et Tania Larsson, ainsi qu’avec Martha Kyak, l’artiste fondatrice d’Inukchic Designs. Ces artistes autochtones ont expliqué comment les traditions autochtones influencent leur travail et ont également suggéré certains de leurs endroits préférés à visiter au Canada.

Deux photos montrant la designer canadienne Catherine Blackburn et un collier de sa création

Deux photos montrant la designer canadienne Catherine Blackburn et un collier de sa création

De gauche à droite : Catherine Blackburn ; l’un des colliers ras du cou de Blackburn, fait de poils de caribou et de perles vénitiennes vintage.
De gauche à droite : Carey Shaw/Avec l’aimable autorisation de Catherine Blackburn ; Avec l’aimable autorisation de Catherine Blackburn

Quelle est votre ville natale ?

Catherine Blackburn: « Patuanak, Saskatchewan. »

Martha Kyak : « Pond Inlet, Nunavut. Je vis maintenant à Ottawa, Ontario. »

Tania Larsson: « Je suis né en France, mais ma mère était Gwich’in et a grandi dans les Territoires du Nord-Ouest. Nous avons déménagé dans le nord du Canada quand j’avais 15 ans, et je suis maintenant basé à Yellowknife. »

Deux photos montrant le portrait de la designer canadienne Martha Kyak et l'une de ses créations modernes

Deux photos montrant le portrait de la designer canadienne Martha Kyak et l'une de ses créations modernes

De gauche à droite : Martha Kyak ; une robe InukChic « Tuniit lady » et une poupée paniapik.
De gauche à droite : Fred Caroll/Avec l’aimable autorisation de Martha Kyak ; Nicolai Gregory / Avec l’aimable autorisation d’InukChic

Pouvez-vous nous parler de certaines des traditions artisanales dont vous avez été témoin en grandissant ?

Blackburn : « J’ai grandi en regardant mon setsuné [grandmother]qui était un perleur et confectionneur extraordinaire. Je la regardais écorcher les animaux et tanner les peaux, et j’étais émerveillé lorsqu’elle prenait ces beaux morceaux de cuir brun doré et les transformait en les paires les plus extraordinaires de mukluks perlés. [soft boots] ou gantelets de castor [oversize mittens].

Kayak : « J’ai grandi dans une communauté inuite très traditionnelle; nous ne parlions que notre langue, l’inuktitut. Il n’y avait que deux magasins, et nous devions confectionner nous-mêmes beaucoup de vêtements, alors la couture faisait partie de notre culture. C’est ainsi que j’ai commencé à confectionner des parkas. Et puis j’ai appris à faire de l’amauti, qui est une parka utilisée pour porter un bébé, et c’est un peu plus complexe. »

Larsson : « Ma grand-mère fabriquait à la main toutes les parkas et mukluks de ma mère et de ses frères et sœurs. Donc, cet amour du fait main m’a définitivement été transmis. »

Paire de photos montrant la créatrice Tania Larsson et des boucles d'oreilles en perles de sa conception

Paire de photos montrant la créatrice Tania Larsson et des boucles d'oreilles en perles de sa conception

De gauche à droite : Tania Larsson ; boucles d’oreilles ornées de perles par Larsson.
De gauche à droite : Razelle Benally/Avec l’aimable autorisation de Tania Larsson ; Avec l’aimable autorisation de Tania Larsson

Quels sont certains de vos matériaux de signature?

Blackburn : « J’utilise des matériaux traditionnels et non traditionnels, notamment des perles anciennes et contemporaines, des peaux fumées, des poils de caribou et d’orignal, des piquants de porc-épic, des plumes et des strass. »

Kayak : « J’utilise des peaux de phoque tannées, douces et souples, pour créer mes parkas. Au Nunavut, la chasse reste le principal moyen de nourrir sa famille et sa communauté. Rien ne se perd. »

Larsson: « Je tanne mes propres peaux d’orignal et de caribou et j’utilise aussi de l’or, du cuivre argenté et des perles. J’incorpore maintenant de la corne de boeuf musqué. »

Plus d’idées de voyage: Visiter les terres autochtones de manière responsable

L'aire de jeux d'interprétation à Wanuskewin Heritage Park, en Saskatchewan, Canada

L'aire de jeux d'interprétation à Wanuskewin Heritage Park, en Saskatchewan, Canada

Le terrain de jeu d’interprétation du Wanuskewin Heritage Park, en Saskatchewan.
Avec l’aimable autorisation du parc du patrimoine Wanuskewin

Où trouvez-vous l’inspiration ?

Blackburn : « Orner notre corps a toujours été un mode de vie pour les peuples autochtones. Au début du 19e siècle, cependant, les missionnaires chrétiens ont supprimé cette forme d’expression. Mon travail d’ornement est un acte de récupération. Il symbolise le fait que nous refusons d’être Mon objectif est de parler de ma propre présence contemporaine et de mon expérience en tant que femme autochtone, et de célébrer cela.

Kayak : « Les femmes inuites, y compris moi, ont beaucoup de tatouages ​​​​collants sur le visage, les mains, les bras, les jambes et la poitrine. Beaucoup de mes créations de tissus sont basées sur ces tatouages ​​​​traditionnels. Par exemple, les Inuits ont un lampe à huile appelée qulliq qui a une mèche traversant le milieu. Quand elle brûle, la flamme danse sur le dessus en un motif en zigzag. J’ai ces mêmes formes tatouées sur mon propre corps et je les utilise dans mes créations.

Larsson : « Je veux créer une expérience sensorielle pour la personne qui porte mes pièces. Par exemple, lorsque vous achetez un morceau de mon perlage, il est fait sur une peau fumée. Le bois que je récolte pour traiter la peau a un parfum distinct. J’aime comment vous passez votre journée et vous sentez une bouffée de ce parfum enfumé des bijoux. Chaque fois que nous utilisons toutes les parties d’un animal, nous honorons ses dons.

Rafting dans le parc national Nahanni au Canada

Rafting dans le parc national Nahanni au Canada

Rafting dans la réserve de parc national Nahanni.
Gracieuseté de Destination Canada

Quels sont vos endroits préférés à suggérer aux voyageurs ?

Blackburn : « J’encourage les voyageurs à découvrir l’histoire de la terre qu’ils visitent. En Saskatchewan, je recommande le parc interprovincial Cypress Hills et le parc du patrimoine Wanuskewin, qui propose des expositions d’art et une boutique de cadeaux appartenant à des Autochtones.

Kayak : « Le Nunavut est un vaste territoire avec tant de beaux endroits. Le parc national Sirmilik est près de chez moi, qui est très loin au nord dans l’Arctique. Je suggère également le musée Nunatta Sunakkutaangit, à Iqaluit, où vous pourrez en apprendre davantage sur l’histoire du Nunavut et culturelle. »

Larsson : « Un endroit où j’aime aller chaque année est la réserve de parc national Thaidene Nëné pour ses eaux claires et sa pêche incroyable. La rivière de la réserve de parc national Nahanni est parfaite pour le canotage. »

Une version de cette histoire est apparue pour la première fois dans le numéro de février 2022 de Voyage + Loisirs sous le titre Créatifs canadiens.

Lire l\'article  Visitez le site archéologique de l'Acropole
Marianne
Marianne

Le monde offre tellement de possibilité que je partage toute mes expérience et info sur le tourisme sur ce blog !