cruise-ship-passengers-CANTWAIT0420-0f4f6686cacb4b169bb23a220f7357a9.jpg

Rencontrez les voyageurs qui ont hâte de repartir en croisière (vidéo)

Sommaire

Les compagnies de croisière du monde entier ont interrompu les nouvelles traversées, avec des horaires de mise au rebut jusqu’en juin. Le dernier «No Sail Order» des Centers for Disease Control pourrait éloigner les navires des ports américains jusqu’en juillet. Et le CDC a recommandé que « les voyageurs reportent tous les voyages en croisière dans le monde » à cause du COVID-19, la maladie causée par le coronavirus.

Mais tout cela n’est toujours pas suffisant pour dissuader les croisiéristes les plus ardents, des gens qui, jusqu’à récemment, passaient des mois heureux en mer – et dans certains cas ont dépensé des millions de dollars en croisières. Beaucoup pensent avec nostalgie à de bons moments sur les navires, dès qu’ils pourront à nouveau naviguer.

« J’ai hâte d’y retourner », déclare Karin Pollak, qui, avec son mari, Bill, a effectué plus de 100 voyages avec Oceania Cruises, dont plusieurs croisières mondiales de plusieurs mois. « Avec cette situation, les gens doivent laisser la situation se nettoyer, obtenir des armes pour combattre le virus, puis vivre la vie comme ils le devraient. »

À leur retour, les croiseurs vétérans peuvent revenir dans un monde très différent, avec de nouvelles réglementations sanitaires ou même de nouvelles règles sur qui peut naviguer et qui ne le fait pas. Certaines lignes ont laissé entendre qu’elles pourraient exiger une note du médecin pour tout passager de 70 ans ou plus, certifiant qu’une personne est en assez bonne santé pour faire une croisière ou interdisant l’embarquement aux personnes souffrant de certaines conditions. Même sans mettre en œuvre ces changements – qui s’avéreraient difficiles – les lignes font face à des dizaines de autre défis opérationnels et commerciaux, dont beaucoup n’ont pas de solutions faciles, Voyage + Loisirs a signalé.

Lire l\'article  Comment faire un voyage virtuel à New York

« C’est une situation tellement fluide », a déclaré un porte-parole de Royal Caribbean. « Nous travaillerons avec les responsables de la santé et nous avons hâte de reprendre la mer. »

Il en va de même pour ces croiseurs très fréquents.

Passagers sur les ponts supérieurs d'un bateau de croisière au coucher du soleil

Passagers sur les ponts supérieurs d'un bateau de croisière au coucher du soleil

David Madison/Getty Images

Linda et Marty Weissman, Michigan

Linda Weissman considère le Queen Mary 2 de Cunard comme sa deuxième maison – à tel point qu’elle se promène parfois dans les couloirs des invités en peignoir.

Pendant 14 ans, elle et son mari, Marty, un chirurgien orthopédique à la retraite, ont passé quatre mois par an dans une suite Queens Grill sur le navire, payant environ 1 000 € par personne et par jour. « C’est comme ça qu’on hiverne », dit-elle.

Au cours des 113 jours de navigation de cette année, ils se sont rendus jusqu’à Perth, en Australie, avant de devoir débarquer à la mi-mars, en raison de la pandémie de COVID-19.

« Nous nous sommes sentis très tristes de partir, mais nous avons compris la décision difficile de Cunard de mettre fin au reste de la croisière mondiale pour cette année », a déclaré Linda. (Certains invités qui n’ont pas pu voler en raison de problèmes médicaux sont restés à bord et retournent lentement à Southampton par voie maritime.)

Les Weissman ont des dépôts à cinq chiffres en baisse sur les croisières mondiales 2021 et 2022. Elle espère que le développement d’un vaccin COVID-19 leur permettra de continuer à naviguer.

Si leurs voiles sont coupées pour l’hiver prochain, elle n’est pas en train de louer un condo en Floride comme alternative. «Cela a été une belle fête pendant 14 ans», dit-elle des croisières autour du monde. « Je serais d’accord pour rester à la maison un hiver. Je pourrais transpirer.

Karin et Bill Pollak, Arizona

Les Pollak en étaient encore à la première moitié de leur croisière de six mois autour du monde pour célébrer le 80e anniversaire de Bill lorsque la pandémie de coronavirus se développait. Ils étaient montés à bord de l’Insignia de 684 passagers à Miami le 8 janvier. Début mars, l’Océanie avait mis fin à la navigation à Rio de Janeiro, et les Pollak sont rentrés chez eux et se sont mis en quarantaine.

Pour Karin, une survivante du cancer, la croisière des douze dernières années fait partie d’un effort pour vivre pleinement sa vie. Elle et Bill ont fait 104 croisières – et elle a fait le tour du monde tellement de fois qu’elle considère maintenant les navires comme sa destination principale. « Ils sont vraiment une deuxième maison pour nous », dit-elle. « C’est comme être dans un quartier. C’est très confortable.

Le couple prévoit d’être bientôt en mer, sur les 42 jours de navigation vers Southampton, les îles britanniques, le Groenland et l’Islande, qu’ils ont réservés pour août. Ils espèrent pouvoir partir.

« En ce moment, les gens doivent prendre le coronavirus au sérieux et rester à l’écart », déclare Karin. « Ensuite, le monde doit revenir à la normale. »

Karen Hoover, Californie

Karen Hoover, hôtesse de l’air à la retraite, est une fan dévouée de Royal Caribbean. Elle a navigué avec la ligne 427 fois, dont 350 croisières avec son mari, John Straughan, avant son décès en 2017.

Elle a fait neuf croisières l’année dernière et avait sept départs réservés pour cette année. Elle en avait déjà fait trois quand la pandémie a tout freiné. Une navigation à Hawaï début mai a été annulée par Royal; elle n’est toujours pas sûre de ses voyages prévus pour cet été et cet automne.

« Ceux d’entre nous qui aiment faire des croisières – des flotteurs fréquents – reviendront probablement à la croisière lorsque ce sera possible », dit-elle. «Mon plan personnel est de revenir quand je pense que c’est sûr de le faire. Comme nous sommes dans l’inconnu, c’est difficile à définir, tant les choses changent et progressent si vite. Mais je garde l’esprit ouvert, définitivement.

Keith et Anne Marie Steiner, Texas

Les Steiner ont effectué 110 croisières depuis 2003, toutes sur Crystal Cruises, dont 10 voyages de plus de 100 jours chacun. Le couple pense avoir passé environ quatre ans de sa vie dans les suites Crystal Penthouse.

Les Steiners étaient à bord du Crystal Serenity plus tôt cette année, peu de temps avant que le navire ne suspende ses opérations. Alors qu’ils ont pu débarquer, comme prévu, à Sydney, d’autres passagers qui poursuivaient leur route ont vu leur itinéraire écourté du fait de la pandémie.

Keith devine que leurs départs prévus pour juillet et août seront annulés. « De toute évidence, le monde est en l’air », dit Keith. « Je parie à la fin de l’année pour notre prochaine croisière. »

Pourtant, il serait suffisamment confiant pour remonter à bord plus tôt. « Attraper le virus n’a rien à voir avec la croisière elle-même. Cela pourrait arriver à la maison. Cela pourrait arriver au centre commercial », dit-il. « Nous pourrons à nouveau naviguer. »

Marianne
Marianne

Le monde offre tellement de possibilité que je partage toute mes expérience et info sur le tourisme sur ce blog !